30 Aug

Les incendies plongent dans la crise les producteurs d’huile d’olive grecs

Les incendies qui ont ravagé la Grèce pendant une semaine et réduit en cendres d’innombrables oliviers plongent dans la crise les producteurs d’huile d’olive, dont la Grèce est le troisième exportateur mondial.

Les flammes ont détruit au moins 184.000 hectares de terre, principalement dans le Péloponnèse, où sont produits 30% de l’huile d’olive du pays.

Selon les estimations préliminaires, environ 4% de la production annuelle risque d’être perdue. Mais au niveau local, des milliers de petits producteurs risquent la faillite, note Gregory Antoniadis, président de SEVITEL, l’Association grecque des industries et presseurs d’huile d’olive.

Selon le ministère de l’Economie, la moitié de la production agricole du Péloponnèse aurait été détruite.

Outre les arbres fruitiers et la vigne, également durement touchés, la récolte des olives représente 60% du revenu des agriculteurs locaux, ajoute-t-il. Et replanter les arbres perdus est une affaire de longue haleine: un olivier ne commence à produire que sept à dix ans après avoir été planté.

“Nous avions des oliviers, ils ont tous disparu”, soupire Theoni Kostandopoulou, 77 ans. “Qu’allons-nous faire sans huile?”. Lors de son arrivée dans le village d’Artemida, il y a 40 ans, elle n’avait que cinq oliviers. Depuis, avec son mari, elle en avait planté des dizaines d’autres.

“Quand repousseront-ils? Qu’allons-nous récolter? C’est ça que nous vendions et qui nous faisait vivre”, ajoute-t-elle, inspectant ce qui reste de son oliveraie, les milliers d’olives brûlées au pied des troncs calcinés.

Une scène qui se répète partout dans les villages de montagne du sud de la Grèce, comme à Makistos, à quelques kilomètres de là, qui vivait principalement de la production d’huile d’olive.

Parmi les aides diverses aux sinistrés, le gouvernement a annoncé des enveloppes spécifiques de compensations pour chaque hectare d’oliveraie détruite.

Mais selon Kokaliaris, nombre des habitants des villages touchés partiront. “C’est ce qui se passe après les catastrophes”. Reste que la plupart des villageois de ces zones sont des personnes âgées, les jeunes étant déjà partis chercher fortune ailleurs.

Comme Pothos, originaire de Makistos, qui vit aujourd’hui à Athènes: “Il y a des gens qui ont 80 ans dont les maisons ont brûlé”, dit-il. “Ils ne peuvent pas partir, ils sont chez eux. Quand quelqu’un vit de la récolte d’olives, que vont-ils faire?”

[Source] Cliquer ici

One Response to “Les incendies plongent dans la crise les producteurs d’huile d’olive grecs”

  1. Olives101 Says:

    un autre article a ce sujet :
    http://www.fenetreeurope.com/php/page.php?section=actu&id=8853

Leave a Reply