18 Dec

Culture de l’olive en Algerie

La culture intensive de l’olivier, un noyau dur de l’agriculture algérienne.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Said Barkat, a annoncé dimanche à Ghardaia que son département ministériel “compte encourager la culture intensive de l’olivier à travers l’ensemble du territoire national“.

Intervenant devant un parterre d’agriculteurs de la région de Guerrara, en marge d’une visite dans la wilaya d’une délégation de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) conduite par son directeur général, M. Jacques Diouf, le ministre de l’Agriculture a souhaité que l’Algérie devienne un des grands pays producteurs d’olives et d’huile d’olive.


M. Barkat a demandé à cette occasion aux agriculteurs des wilayas du Sud de clôturer les périmètres agricoles et faire des haies et séparation entre exploitations agricoles par des oliviers qui ont donné de bons résultats à l’exemple d’El-Oued.

Selon les spécialistes, l’olivier présente l’avantage de se multiplier par bouture, ce qui permet d’obtenir des sujets identiques au pied mère, sélectionnés selon des critères de rusticité, de productivité et de qualité des fruits, qui a commencé à la faveur du Fonds national de régulation et de développement de l’agriculture (FNRDA).

L’olivier devrait connaître une grande expansion ces prochaines années, notamment à la faveur de la généralisation des moyens modernes d’irrigation tel le système du goutte-à-goutte.

Arbre typiquement méditerranéen, l’olivier recèle bien des vertus. Il donne son fruit et son huile aux qualités culinaires et diététiques incomparables, agrémente la cuisine, notamment méditerranéenne.
C’est une espèce qui s’adapte aussi bien au climat froid et humide du littoral qu’aux conditions climatiques extrêmes qui prévalent dans les régions désertiques, souligne-t-on.

[Source] Cliquer ici

Leave a Reply